Image Hosted by ImageShack.us

Petit bloc-notes doux-amer d'une amatrice de thé, de livres, de japonaiseries et de poésie.

11 novembre 2016

On devient écrivain le jour où...

...on tourne le dos aux siens - comme l'écrit Brina Svit dans "Peit éloge de la rupture".

 

brina_svit

 

Les écrivains apparaissent le plus souvent dans des familles toxiques et dysnfonctionelles, où la haine, la folie et la mort sont omniprésentes.

 

C'est en tout cas ce qui se passe pour moi, auteur de ce blog : je n'ai à inventer, ma violente réalité quotidienne étant plus folle que n'importe quelle oeuvre de fiction. Il me suffit de modifier des noms propres, de changer quelques détails permettant une identification de personnes encore en vie et le tour est joué.

 

Mais ce n'est pas facile pour autant : c'est écrire dans le fracas permanent, c'est écrire sous un bombardemetn comme un correspondant de guerre, c'est écrire dans les larmes et le sang et la sueur... AVANT QU'IL NE SOIT TROP TARD.

 

C'est écrire car la famille (le système familial), mais aussi toute une société (le système social, le plus souvent patriarcal) vous a fait taire, souvent durant des décennies, a tenté de vous effacer de l'histoire... à commencer par l'omission systématique de votre nom du générique des films à la production des quels vous avez pourtant contribué par votre dur labeur.

 

C'est reprendre le pouvoir, afin de ne pas devenir fantôme... écrivain fantôme... c'est ainsi qu'on dit "nègre" en anglais.

 

Ma&is voilà... ce n'est pas mon genre de fantôme de végéter en vieux drap mouillé sur un radiateur. Je suis plutôt du genre fantôme vorace, qui dévore tout (ce qui se lit) sur son passage...

 

A bon entendeur...

 

 

 

 

Posté par Beautymist à 08:38 - Au fil de la plume... - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 novembre 2016

Epanouissement personnel

Vivre dans l'ombre, dans l'attente et dans le mensonge ne peut PAS être épanouissant !

 

Ca me dégoûte que certaines personnes vivent leur vie dans le mensonge et se moquent bien de détruire tout ce qu'elle touchent. C'est une HONTE !

 

Personne ne s'en rend compte, mis à part les gens comme il faut... qui doivent ramasser les morceaux.

Posté par Beautymist à 09:05 - Cauchemars - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 novembre 2016

Petit éloge de la rupture

Ecrire pour se mettre en danger... Voilà une idée incarnée dans les pages du délicieux "Petit éloge de la rupture" par Brina Svit.

BBt0Vzo

Svit est un pseudonyme et signifie "hirondelle" en slovène (sauf erreur de ma part). Je m'en souviens car dans le ciel de printemps, les hirondelles vont svit, svit, sviiiit ! ...comme autant de virgules ailées.

 

Quitte à créer la rupture (en l'occurrence, avec une parentèle toxique), autant le faire avec panache et détermination...

 

J'ai retrouvé dans les pages de ce court opus par l'auteur slovène des bribes de ma propre vie. Entre écrivains, il arrive qu'on se renvoie l'ascenseur... parfois même sans se connaître.

 

J'apparais, moi, l'auteur de ce blog discret (que je n'ai toujours pas fait référencer par des moteurs de recherche) dans "Beau Rôle" de Nicolas Fargues - qui se le réserve à lui-même (le dit beau rôle). Mais il cite tout de même au passage les noms (à peine déformés) de ses "camarades de classe" de l'époque... comme on dit.

 

Fargues recopie en effet en partie, dans son roman, la liste des élèves avec qui il a partagé les années collège... Mon nom figure parmi les usual suspects mais... une omission troublante demeure. Une élève qui a été ma meilleure amie durant cette période (pas des plus faciles, comme on peut s'en douter) ne figure pas dans la liste. Quelle n'a pas été ma surprise de découvrir son adresse réelle et d'autres indications faisant référence à elle (sans possibilité de confusion, bien que son nom ne soit pas mentionné) dans les premières pages de l'opus de Svit !

 

Une boucle... ou plusieurs ? Sont bouclées.

 

-Beautymist

Save

Save

Save

Save

Posté par Beautymist à 08:17 - Au fil de la plume... - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 novembre 2016

Il y a des jours...

 

crossed

 

"Days like this, I don't know what to do with myself

 

All day -- and all night..."          Lire la suite des paroles

 

Bref, pas le moral, déjà trois jours que je traîne au lit
envie de rien
fatigue et ciel maussade

 

alors je fais un peu d'exercice (la gym des paresseuses sur de la musique de dido)
c'est déjà ça
je surfe je bois du thé

 

je me force à sortir avcheter le journal
mon amoureux me manque.

 

j'ajoute des liens spécial SPLEEN dans mon blog

 

que faire d'autre ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

std2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

paroles extraites de la chanson : ' SULLEN GIRL ' = "la fille maussade"
Words & Music: Fiona Apple

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

source photos : site de fans de fiona apple : http://www.neverisapromise.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P.S. : Le Magazine Littéraire publie un Hors-Série intitulé "Les écrivains et la mélancolie" (daté octobre/novembre 2005).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au sommaire:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- L'art de la mélancolie (Jean Clair, Pierre Assouline)

- Un musée imaginaire (Jean Clair)

- Une question de rate (Gilles Barbedette)

- L'angoisse de lire (Antoine Compagnon)

- Les abîmes de l'âme (Julia Kristeva, Dominique-Antoine Grisoni)

- Ecrire face aux ténèbres (Agnès Verlet)

- Des troubles du désir au malaise identitaire (Alain Ehrenberg)

- La mélancolie au jardin des racines grecques (Jean Starobinski)

- Sous le signe de Saturne (Olivier Pot)

- Le cogito mélancolique de la modernité (Christine Buci-Glucksmann)

- Un encyclopédiste de la mélancolie (Michel Delon)

- Les ombres du siècle des Lumières (Michel Delon)

- Les écrivains allemands en quête d'absolu (Lionel Richard)

- Romantisme: la douleur d'être et d'aimer (Jean Roudaut)

- Le spleen, une vanité profane (Agnès Verlet)

- La dépression en héritage (Yvan Leclerc)

- Du spleen à la dépression (Robert Kopp)

- Taska ou les tourments de l'âme (Georges Nivat)

- Les névroses de Jean-Paul Sartre (André Séailles)

- Virginia Woolf, seule dans un monde hostile (Gérard de Cortanze)

- Francis Scott Fitzgerald, la nuit noire de l'âme (Minh Tran Huy)

- A fragmentary girl (Gérard de Cortanze)

- VS Naipaul, le combat entre création et destruction (Pierre Pachet)

- Philip Roth, l'antidépresseur (Tony Cartano)

- Littérature japonaise: mélancolie et fluctuation (René de Ceccatty)

- William Styron, au coeur de la dépression (Bernard Granger)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Beautymist à 08:40 - Y'a un cauchemard dans mon placard... - Commentaires [2] - Permalien [#]

23 octobre 2016

Lorsque les poètes versent des larmes de sang

Chers lecteurs,

Voici pour votre plaisir un extrait où image, son et texte se rejoignent en parfaite - et mélancolique - harmonie :

 

Mad Men - Meditations in an emergency - Mayakovsky - Frank O'Hara - Don Draper

 

Le texte lu est la quatrième partie du poème "Mayakovski" par Frank O'Hara, comme suit :

4
Now I am quietly waiting for
the catastrophe of my personality
to seem beautiful again,
and interesting, and modern.
The country is grey and
brown and white in trees,
snows and skies of laughter
always diminishing, less funny
not just darker, not just grey.
It may be the coldest day of
the year, what does he think of
that? I mean, what do I? And if I do,

perhaps I am myself again.

 

Poème à lire en entier ici : site The Poetry Foundation.

 

Enjoy!

-Beautymist

Posté par Beautymist à 09:37 - Au fil de la plume... - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 octobre 2016

YOLO!

YOLO=You Only Live Once (or so I heard...). ;-) En français dans le texte, ça donne : il paraît qu'on ne vit qu'une fois alors... vivons !

GLEE - It's My Life / Confessions (Full Performance) HD

Save

Save

Posté par Beautymist à 09:30 - Y'a un cauchemard dans mon placard... - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 octobre 2016

Mà io NO ti aspeto più !

Marco Mengoni "Io ti aspetto"

Save

Save

Posté par Beautymist à 09:44 - Cauchemars - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 octobre 2016

Le judoka qui aimait les roses...

judoka

Posté par Beautymist à 08:32 - Au fil de la plume... - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 octobre 2016

!Familia de mierda!

!Familia de mierda! !Familia de mierda! !Familia de mierda!

POESIA SIN FIN Bande Annonce (Alejandro Jodorowsky - Fantastique, 2016)

!Familia de mierda! !Familia de mierda! !Familia de mierda!

Save

Posté par Beautymist à 09:31 - Cauchemars - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 octobre 2016

Mystère

La résilience est un mécanisme mystérieux...

Source: Externe

Dessin (c) Beautymist

Je n'ai pas de réponse à la question "qu'est-ce qui me fait tenir en plein coeur de l'enfer ?"... ou alors ma vie entière (et toutes mes créations originales) sont une réponse.

La meilleure revanche dans ce genre de situation violente et de vivre bien et d'être heureux... ou du moins, de tenter de l'être.

J'essaie, je tiens, je m'effrondre, je pleure, je recommence, je fais des crises de colère implosives, je vais pleurer chez les voisins pour savoir que faire dans ce genre de situation... Certains sont compréhensifs et me filent un coup de main, cette situation étant fréquente... Puis j'improvise, je fais à ma façon.

Je m'efforce de voir la lumière là où ma part d'ombre s'agite.

Je découvre qu'il y a de la joie, même dans les pires moments....

Je vis, je crie, j'écris.

Posté par Beautymist à 09:34 - Cauchemars - Commentaires [0] - Permalien [#]